IMG_1023IMG_1026IMG_1051

Voilà une adresse de cantine qu’on aimerait ne pas partager. On aimerait vous dire que vous sentirez la cuisine quand vous sortirez  car la hotte ne suit pas le rythme infernal des cuissons.
Mais cuisiner, goûter, dîner, c’est d’abord et toujours cette idée du partage alors on vous le donne ce coup de cœur, cette adresse de belle et bonne cantine. Le Nansouty, c’est un restaurant de « mecs », deux en cuisine, deux en salle, c’est peut-être pour cela que ce soir il y avait cinq tables de filles ! Et pourtant rien de rugueux, mais un accueil chaleureux sans courbette, un accueil authentique et naturel (des mauvaises langues disent irrégulier ?). Un peu comme ce Brouilly de Monsieur Georges Descombes, non-collé, non-filtré, bref naturel mais pas troublé pour autant : soyez les bienvenus au Nansouty.

Ce qui surprend d’abord ce sont les ardoises de vins, combien ? Cent ? Deux cents ? Des petits prix et aussi de très belles bouteilles  comme ce magnum de  Saint-Estèphe Cru Bourgeois Château La Commanderie à 79 euros,  à partager bien sûr ! Vous avez oublié vos lunettes ? Levez vous, il serait dommage de ne pas tout lire, beau tour de France et petit tour du monde, faites sauter les bouchons qui finiront stars en vitrine, une maison qui respecte le bouchon, c’est bon signe…

Réduire Le Nansouty à un bar à vins serait une erreur, c’est un vrai restaurant avec une cuisine qui ne triche pas. Le gratin de macaronis au crabe, ou l’inverse, sent la mer et l’iode et les petits macaronis sont al dente. Plat malin, l’estouffade d’escargots marie avec malice des escargots, vous l’aviez deviné, une belle sauce au vin, des salsifis et des champignons ! C'est une bonne idée de revaloriser les salsifis, victimes de la mode des panais ! On peut même tremper le pain de campagne de la bonne boulangerie d’à côté, « Au Pays d’Antan », on vous le dit, ici, pas de chichi, c’est bon de faire comme à la maison quand on n’y est pas…  Le tartare façon Nansouty , un secret du Chef, réveille un très bon bœuf haché, on arrête avec la mode du coupé au couteau, avec de la moutarde et de la coriandre, c’est vif, c’est bon. La noix de veau est tendre, timide elle se cache sous une petite couverture de  pleurotes, pourquoi faire compliqué ? Une belle purée maison nous pousse à faire un petit volcan pour mettre du jus dedans, mais là rien à voir avec la chanson, on vous le dit le Chef ne ment pas. Ça se voit, on le voit, derrière son comptoir multicolore. Il est calme, il semble tranquille, il maîtrise  et pourtant comme d’habitude ça s’agite en salle, tout le monde a faim, tout le monde mangera, ils en ont vu d’autres les « mecs » , en salle comme en cuisine. Ce soir, pas d'attente, ça roule, parfois on attend un peu, et alors, ce n'est pas un fast-food Le Nansouty. Dehors, on se dit qu'on aurait dû prendre un dessert, la prochaine fois. On se dit aussi qu'on sent la cuisine, tant pis.

Le Nansouty, à ajouter dans nos MIAM du dix-huitème.

 

Sur l'ardoise, nous avons choisi :

  • Gratin de crabe aux macaronis
  • Estouffade d'escargots à la bourguignonne     => Notre coup de coeur
  • Tartare de boeuf préparé façon "Nansouty", salade, pommes de terre
  • Noix de veau aux pleurotes persillées, purée de pommes de terre

IMG_1038IMG_1039IMG_1043IMG_1045

 

Le pain du Pain d'Antan à deux pas    Brouilly 2009 G. Descombes      L'addition (2) : 84 €

IMG_1037               IMG_1034               

 


Le Nansouty

Restaurant Bar à vins

35 rue Ramey, 75018 Paris (cliquez sur l'adresse pour afficher le plan)

Téléphone : 01 42 52 58 87

Métro : Jules Joffrin, Château Rouge

Ouvert du lundi au samedi de 12:00 à 15:00 et de 19:30 à 23:30. Fermé le dimanche.

 

Retrouvez d'autres photos du Nansouty en cliquant sur : BONUS PHOTOS !