IMG_1166 IMG_1169 IMG_1183 IMG_1167

« I’m parisian, I love rien »… Parisiens ne faites pas la moue, le treizième, ce n’est pas que la place moche d’Italie et les tours moches qui vont avec. Amis Visiteurs  le treizième, ce n’est pas que la jolie Butte aux Cailles ou l’exotique quartier chinois… Il y a aussi la rue Bobillot, elle n’est pas glamour certes, mais la seule installation de Christophe Beaufront et de Rufine, Madame Beaufront, au numéro 26 est une raison non discutable et suffisante pour faire le déplacement !

Oubliez les lieux tendances, à la mode, jolis, design, déco… On vous aura prévenus, comme ça vous ne ferez pas bêtement demi-tour en poussant la porte. Regardez en entrant tous les autocollants : Fooding, Gault Millau, Michelin, et tous les autres et nous, et nous et nous. Ils sont tous venus, on est tous là, et on revient depuis plus de dix ans. Après un verre de ce blanc taquin on interpelle Monsieur Bibendum : « Tu attends quoi Monsieur Bib pour faire péter les étoiles ? Que la déco soit refaite ? » Comme ce si joli salon du premier étage, tout nouveau, tout beau que vous pouvez privatiser ? Qu'on fasse une manif Place de Jaude à Clermont-Ferrand ? » Imaginez, tous les fans du pot-au-feu aux épices du Chef Beaufront criant le slogan de la maison « G grand, a petit : j’ai grand appétit ! ».

Bon, à table ! Attention, réservation indispensable. Déception, pas de Rufine ce soir en salle et pourtant tout est parfait, voilà la preuve d’une bonne maison, un service simple, efficace, pas familier mais pas obséquieux, on se sent les bienvenus.
Pas de mises en bouche, on attaque dans le vif, une belle galette croustillante de tripes, n’ayez pas peur, avec un fouillis d’herbes, persil plat et aneth parmi d’autres, c’est vraiment croustillant malgré une bonne huile trop présente. La rillette de saumon, goûteuse et fraîche s’est fait une choucroute de betterave crue pour sortir, on est samedi soir, et la rémoulade de pomme fruit et de céleri donne du peps à un poisson qui en manque parfois, cinq fruits et légumes par jour, ça, c’est fait.
On a hésité : la côte de veau épaisse avec des penne au basilic et jambon serrano avait attiré notre attention quand elle avait traversé la salle pour rejoindre la table de nos voisins : elle est vraiment épaisse et ce petit bouquet de thym piqué qui se consume en fumant avait transporté l’ensemble des invités à une BBQ party.
On a finalement pris l’onglet de veau, « pistou d’herbes » et gâteau de pomme de terre, enfin un endroit où on ne vous regarde pas de travers si vous le demandez à point ! Le pistou d’herbes est intriguant et fait de nous un herbivore heureux, le gâteau de pomme de terre par contre n’a aucun intérêt, dommage.

Et puis cette révélation, oubliez le classique de la maison depuis dix ans, le pot-au feu de cochon aux épices, et choisissez le pot-au-feu de cochon « retour de Tokyo». Quand le chef voyage, ça déménage. Fermez les yeux, prenez une cuillère de raifort, mettez dans le bouillon, goûtez, c’est déjà bon, encore une cuillère, le bouillon se trouble, la brunoise de carotte s’affole, c’est aussi visuel. Prenez les baguettes pour attraper les soba (pâtes au sarrasin), vous faites du bruit, personne ne vous regarde avec désapprobation, ici tout le monde comprend. Et puis un tempura de carotte, un autre de fenouil, avec du gingembre mariné. C’est magique, on se surprend à trouver la déco charmante. Une chose est certaine, il règne ici une belle ambiance, une angoisse tout à coup, et si en changeant le décor, le Chef vendait son âme ? Il faut classer l’endroit, défense d’y toucher.
Fini ? Que nenni ! Le  verre de chocolat crémeux au confit de poivron et framboises est une provocation qui secoue les cartes des desserts souvent endormies, c’est comment dire, très bon ? C’est ça.

Bref, on revient quand ? Nous prenons ici un pari : on vous donne deux nouvelles étoiles pour 2013 : Jour de fête (Paris 18) et L’Avant-Goût ! Merci Chef Beaufront, simplement merci. On oubliait : 32 euros, mais on a peur d’en parler, on ne veut pas que ça s’arrête…
Même si on n'est pas fans de la déco, L'Avant-Goût mérite un MIAM MIAM.

 

Dans le menu à 32 € (entrée, plat, dessert), nous avons choisi :

  • Galette croustillante de tripes, fouillis d'herbes
  • Rillettes de saumon, rémoulade de pomme fruit et céleri
  • Pot au feu de cochon "retour de Tokyo", tempura de légumes, soba (pâtes au sarrasin), gingembre mariné et raifort     => Notre coup de coeur
  • Onglet de veau, "pistou d'herbes" et gâteau de pommes de terre
  • Cheese cake et sauce aux fruits rouges
  • Verre de chocolat crémeux, léger parfum de café, confit de poivron et framboises

IMG_1188 IMG_1192 IMG_1195 IMG_1196 IMG_1198 IMG_1199

 

                   Le pain                     Un blanc des Bouches du Rhône  L'addition (2) : 100.40 €

IMG_1187    IMG_1182    IMG_1204

L'Avant-Goût, c'est aussi :

  • Le Cellier (traversez la rue, c'est juste en face du restaurant) : cave à vins et boutique traiteur,
  • Le Salon (à l'étage du restaurant) : salon particulier privatisable pour 8 à 16 convives (menu sur mesure à partir de 40 € par personne).

IMG_1171

 

Réseaux sociaux, commentaires... pour partager, c'est juste à la fin du billet !

 


L'Avant-Goût

26 rue Bobillot, 75013 Paris (cliquez sur l'adresse pour afficher le plan)

Téléphone : 01 53 80 24 00

Métro : Place d'Italie

www.lavantgout.com

Ouverture du mardi au samedi. Service de 12h00 à 14h et de 19h30 à 22h15

 

Retrouvez d'autres photos de L'Avant-Goût en cliquant sur :

BONUS PHOTOS !

 

VOUS AIMEZ ? Dîtes-le... c'est juste en dessous, merci !