Anahuacalli Extérieur (1) J&W Anahuacalli Salle (5) J&W Anahuacalli Salle (3) J&W

Qui connaît la cuisine mexicaine ? Quelques questions autour de nous et on collectionne aussitôt les poncifs. Number one, c’est comme de la tex-mex ! Et bien non, la tex-mex c’est déjà de la fusion-food, une cuisine mexicaine réinterprétée par les Chicanos, les Mexicains exilés aux USA, avec les ingrédients qu’ils ont trouvés sur place, on oublie le burritos et le chili con carne. Number two : c’est le grand Chef Old El Paso qui a codifié la cuisine mexicaine ! Horreur, ça c’est une approche industrielle qui nous fait croire que les mexicains mangent chaque jour que  des fajitas  et du guacamole, on oublie. Number three : c’est une cuisine qui arrache la bouche, c’est super pimenté, « Si! je l’ai vu dans un dessin animé de Lucky Luke ! ». Non ! Ça peut être épicé sans provoquer le besoin de se précipiter dans l’abreuvoir de Jolly Jumper.  Que pena ! on reprend à zéro.

Saviez-vous que « la cuisine traditionnelle mexicaine - culture communautaire, vivante et ancestrale - le paradigme de Michoacán » a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO le 16 novembre 2010 ? Évidemment pour nous français qui croyons que seul notre repas gastronomique a eu cet honneur... c’est un choc ! Voilà ce que l’on trouve sur le site de l’Unesco : « La cuisine traditionnelle mexicaine est un modèle culturel complet qui rassemble des pratiques agricoles, rituelles, des talents de longue date, des techniques culinaires et des coutumes et manières communautaires ancestrales (…). La base du sAnahuacalli Salle (6) J&Wystème est fondée sur le maïs, les haricots et le piment chili ; les méthodes agricoles (…), les procédés de cuisson, (…) et les ustensiles particuliers comme la pierre meulière et le mortier en pierre. Des ingrédients autochtones, parmi lesquels figurent des variétés de tomates, de courges, d’avocats, de cacao et de vanille, s’ajoutent aux produits alimentaires de base. La cuisine mexicaine est élaborée et chargée de symboles, avec les tortillas et les tamales quotidiens, tous deux à base de maïs, qui font partie intégrante des offrandes du Jour des Morts. (…) Ces efforts accomplis dans le Michoacán soulignent également l’importance de la cuisine traditionnelle comme moyen de développement durable ».

Bon on passe à table ?  Pas facile à Paris de trouver un « bon » mexicain, direction Anahuacalli dans le cinquième arrondissement, pas loin de la Seine, Anahuacalli, c'est "la maison au bord de l'eau". Première surprise : la déco, ambiance poutres et nappes blanches, c’est bien nous ne sommes pas dans le folklorique. Ici ou là, statuettes et peintures nous  rappellent que nous sommes bien au Mexique, on dine sous le regard troublant de Frida Kahlo, qu'elle est belle ! Le service souffle le chaud et le froid, adorable et accueillant mais aussi pressant,agacé et agaçant, la serveuse nous demandera quatre fois en cinq minutes si nous avons choisi, et trois fois  en dix minutes si nous voulons un café, une folle envie de lui dire « calma te ! ». Tables à touche-touche, ambiance très bruyante, là ça peut ressembler à une cantina, oubliées les nappes blanches et l’argenterie, mais le tout reste chaleureux et surtout une  jolie carte avec des plats qui donnent envie.

Anahuacalli Margarita et tacos J&WOn commence cependant avec des regrets, c'est quoi ces tortillas-chips en sachet avec la margarita ? On se croirait à un apéritif étudiants (au moins cela nous rajeunit !), on aurait préféré des totopos, on doit bien pouvoir dans cette bonne maison trouver des tortillas de maïs, les découper, les frire et les retrouver dorées et croustillantes ? Les salsas sont bonnes mais un peu radines…
On démarre avec un ceviche frais avec une jolie maîtrise des épices qui en fait un plat qui surprend par l'équilibre des  parfums. La salade de cactus est, elle aussi, riche en parfums, nous sommes totalement accro à la coriandre fraîche. Les raquettes de nopal ,les feuilles pleines d’épines du figuier de barbarie sont rendues lisses et douces,puis  découpées en petits morceaux. Est-ce de la conserve ou du frais? un doute, mais  nous les aurions aimées plus croquantes.  Drôle de goût ! que c’est bon d’être surpris, un peu haricot vert pour la consistance, un peu asperge et oseille cuite pour le goût. Une salade intéressante qui balance entre acidité et douceur.

Anahuacalli Salle (1) J&WJolis plats avec deux grands classiques : le mole poblano, la spécialité culinaire de l’état de Puebla, ici servi dans sa version traditionnelle, avec de la dinde. C'est une sauce étonnante à base de chocolat, de piments dont le fameux chipotle, de tomates, d’amandes, de persil, de cannelle, de clous de girofle et beaucoup d’autres  choses encore sans oublier les graines de sésame. Un résultat étonnant, très doux, très parfumé, un peu hot,onctueux, presque suave, un peu roboratif  aussi mais l’hiver approche ! Très bon comme dirait Monsieur Gaudry. Le deuxième classique est le plat du jour. Servis dans tous les restaurants du Mexique pendant le mois de septembre les chiles en nogada sont une recette créée en 1821 par des religieuses de Puebla aux couleurs du drapeau mexicain ! Cela commence avec un gros piment poblanos que l’on va ouvrir et farcir avec du boeuf  ici (ou du porc ), des tomates concassées, des poires, de la banane plantin, des raisins secs, des amandes, de la pulpe de cactus confite, des oignons, de la cannelle, de l’ail… et pour la sauce,  entre autres, des noix fraîches et du fromage frais sans oublier les grenades pour le rouge du drapeau ! Très bon aussi, pour certains mexicains avec qui nous avons échangé, ce plat est le chef d’œuvre de la cuisine mexicaine.

Le chenin blanc produit en Basse Californie, une région du Mexique, apporte une belle pointe d'acidité au vin, une couleur presque transparente, un parfum de pamplemousse, un vin qui aurait mérité d'être servi plus frais mais qui sait ne pas lutter contre la cuisine mais seulement l'accompagner, presque la rendre plus légère...les vins du Mexique sont à découvrir.

Nous aurions dû écouter notre estomac et ne pas prendre de dessert, le gâteau au chocolat n’avait rien de mexicain si ce n’est cette présentation en pyramide inca, peut-être un hommage à l’héritage précolombien ? Aucun intérêt même avec la sauce anglaise étrangement zébrée de vert, on aurait préféré une glace au maïs...

En conclusion, une confirmation la cuisine mexicaine est  riche  de ses plats traditionnels dont certains sont issus d’anciennes recettes précolombiennes ! N’oublions  pas non plus que nous devons au Mexique  le maïs, le cacao, les haricots, l’ananas, l’avocat, la courge, la vanille, la tomate,  la dinde… Viva  la cocina mexicana !

Pour Anahuacali, c’est plus compliqué, bonnes entrées (un doute subsiste sur le nopal),  délicieux plats principaux, dessert décevant, mais cela reste cher pour une cuisine normalement populaire et le service pour une partie de l’équipe gagnerait à être souriant et moins stressant, donc ce sera pour nous un PETIT MIAM, le MIAM n'est pas loin.

 

Nous avons choisi à la carte :

  • Nopalitos compuestos - Salade de cactus, tomate, coriandre fraîche, fromage frais
  • Ceviche de pescado - Poisson mariné au citron vert, tomate, oignon, persil, olive
  • Mole poblano - Dinde mijotée dans une sauce au cacao et aux différents piments mexicains
  • El chile en nogada - Chile verde garni de picadillo (viande de boeuf cuisinée avec des fruits) couvert d'une suace à la crème, aux noix et servi avec de la grenade
  • Pastel de chocolate y rompope - Gâteau au chocolat servi avec une sauce rompope (sauce mexicaine au rhum)

Anahuacalli Nopalitos Compuestos (1) J&W Anahuacalli Ceviche de pescado (2) J&W Anahuacalli Mole Poblano (1) J&W Anahuacalli El Chile en Nogada (1) J&W Anahuacalli Pastel de chocolate J&W

 

            Margarita y tacos            Chenin Blanc 2010 L.A. Cetto         L'addition (2) : 108.50 €

Anahuacalli Margarita et tacos J&W Anahuacalli Chenin Blanc (1) J&W Anahuacalli Addition J&W

 


Anahuacalli Carte de visite (1) J&W Anahuacalli Rue des Bernardins J&W

Anahuacalli

30 rue des Bernardins, 75005 Paris (cliquez sur l'adresse pour afficher le plan)

Téléphone : 01 43 26 10 20

Métro : Maubert-Mutualité

www.anahuacalli.fr

Ouvert tous les soirs jusqu'à 23:00 ; fermé à midi sauf le dimanche.

 

Retrouvez d'autres photos de Anahuacalli en cliquant sur :

BONUS PHOTOS !