Hôtel Particulier (2) Hôtel Particulier (7) Hôtel Particulier (14)

Les endroits secrets doivent-ils le rester pour ne pas perdre leur âme ? Voilà une bonne question que nous nous sommes posée après notre dîner au restaurant de l’Hôtel Particulier de Montmartre mais nous avons finalement décidé de partager cette adresse avec nos lecteurs parce qu’ils le valent bien ! Et puis cela restera entre nous… nous ne sommes que dix mille.

Ne cherchez pas les panneaux indicateurs ou les enseignes lumineuses, ce restaurant ne s’offre qu’à ceux qui en connaissent l’existence. Il faudra descendre ou monter des marches, on est à Montmartre. Si vous montez, comme nous, vous laisserez la so chic Villa Junot sur la droite avec à l’angle Marcel, une bien jolie cantine que nous vous avons déjà présentée, puis sur la droite, une grille austère, sur la gauche un interphone discret, il faut s’annoncer, clic, la grille s’ouvre, un chemin pavé qui doit être charmant en plein jour, on devine sur la gauche un terrain de pétanque, sur la droite de bien jolies maisons où l’on se  dit qu’il doit être agréable d’habiter, au bout du chemin, une jolie vue sur Paris, la Tour Eiffel scintille, arrêtez-vous avant, devant le rocher de la sorcière qui semble vous barrer la route, sur la gauche une autre grille noire, un autre interphone, un autre clic et là oh !

23 avenue Junot (1) Hôtel Particulier (15) Hôtel Particulier (1)

Oh que c’est joli ! Un jardin grand comme un jardin de curé, un jardin dessiné par Louis Benech, le même à qui le château de Versailles a confié les quinze mille mètres carrés du Bosquet d’eau pour en faire un jardin d’expression nouvelle. Celui dans lequel nous sommes est plus petit, c’est un jardin où on doit être si bien l’été, des buis, des fougères, des lierres, des Médicis, des allées de pierres et de mousse, de grands arbres dont les branches malmenées par le vent d’hiver projettent des ombres inquiétantesHôtel Particulier (5), des bougies dans des gros photophores de verre vous guident jusqu’à la porte, ouf, on a échappé à la sorcière. Vous êtes en plein cœur de Paris et pourtant tout à coup vous êtes projeté ailleurs, en Normandie ? En Bourgogne ? A Londres ? Au cœur de Bordeaux ? Ailleurs, dépaysement garanti.

L’accueil est charmant, trois serveurs habillés comme des banquiers de la City, courtois et avec cet humour si particulier de nos amis anglais, une petite pointe d’ironie, beaucoup de distanciation, mais toujours le sens du service. Hôtel particulier du dix-neuvième, dont-on nous dit qu’il appartenait à la famille Hermès, moquette épaisse, ambiance noire et dorée, mais pas du tout bling-bling, pour la grande salle, ambiance bar américain au fond que l’on retrouve dans ce dollar géant devenu papier peint. Pensez à réserver dans le petit salon en entrant pour un dîner romantique auprès de la cheminée, mais attention Jean-Louis (ou Bob ?) le Cerf, ou plutôt sa tête qu’il a perdue, sera de la partie, on aime, ou pas… L’endroit a été entièrement revu par Morgane Rousseau dont on peut découvrir le  joli travail ici.

Hôtel Particulier (12)Mais si nous sommes sous le charme de la demeure, le sommes nous par la table ? En fait, et cette longue introduction le révèle, la star ici c’est le lieu, le secret. Est-ce pour cela d’ailleurs qu’aucun Chef n’est mentionné sur le site de l’Hôtel Particulier ? On y parle du jardinier, de la décoratrice qui en serait aussi la maîtresse des lieux et de l’hôte des lieux, Oscar Comtet. C’est dans le très informé et très sérieux LHR que nous avons trouvé quelques informations : début 2012 les cuisines sont confiées pour le lancement à l'ancien chef du Nomiya, Gilles Stassart, qui a ensuite été remplacé par son second. Mais aujourd’hui ? La question est posée à nos banquiers anglais  « Et qui est le Chef en cuisine ? », « Il n’y a pas de Chef, non je plaisante, c’est un Chef, il n’a pas encore d’étoile… ». Cette culture du secret ne serait-elle pas un peu trop travaillée ? D’autant que les prix sont ceux d’une cuisine de Chef, même le dessert très classique est facturé plus cher qu’une création de Monsieur Conticini sur les Champs-Elysées.
C’est en fait une cuisine très classique, sans éclat, sans beaucoup d’intérêt diront les bougons, mais elle est bien faite et joliment présentée. La carte est très courte et ça nous aimons, mais alors qui invente les noms à rallonge ? Qui a eu l’idée saugrenue dans ce lieu d’enchainer les « et son », « et sa », « et ses » ? La chantilly de pancetta n’en a pas le goût mais la pancetta comme une roue croustillante le rappelle. Les Saint-Jacques sont parfaitement cuites et ce n’est pas si fréquent, les légumes de la tarte fine sont dans l’air du temps et la moutarde violette est une belle idée, malheureusement le feuilleté a eu un coup de chaud. Les desserts sont propres sur eux, bien sages et bien élevés, un peu trop peut-être, ils manquent un peu d'impertinence... de créativité? 

Bref on ne traversera pas Paris pour la cuisine du Chef mystérieux (plusieurs bloggeuses écrivent qu’il s’agit d’Oscar Comtet …) mais par contre on peut traverser la France pour ce lieu incroyable (il y a cinq suites) où le classicisme du Directoire a pris un sacré coup de jeune grâce à Morgane Rousseau : pourquoi ne pas lui confier aussi les clefs de la cuisine ?
MIAM quand même car nous y reviendrons, il s’est passé quelque chose avec… Jean-Louis, le Cerf, et plus sérieusement nous sommes tombés amoureux du jardin enchanteur. Notez pour les amateurs que le Restaurant Particulier propose aussi un brunch.

 

Sur la carte d'hiver , nous avons choisi :

  • Les oeufs cocottes forestiers aux champignons des bois
  • Le velouté de châtaignes, chantilly de pancetta, éclats de noisettes torréfiées
  • Les noix de Saint Jacques poêlées, purée de panais liée au chocolat blanc, émulsion de bisque, cerfeuil, tubéreux rôtis, chips de panais
  • Tarte fine et sa moutarde violette accompagnée de sa sélection de légumes du moment
  • Cheese cake citron base Spéculoos, et son jus d'hibiscus, sorbet citron, tuile coco
  • Millefeuille aux marrons et ses éclats de noisettes

Les oeufs cocottes forestiers aux champignons des bois (1) Le velouté de châtaignes, chantilly de pancetta, éclats de noisettes torréfiées Les noix de Saint Jacques poêlées, purée de panais liée au chocolat blanc, émulsion de bisque, cerfeuil, tubéreux rôtis, chips de panais Tarte fine et sa moutarde violette accompagnée de sa sélection de légumes du moment (1) Cheese cake citron base Spéculoos, et son jus d'hibiscus, sorbet citron, tuile coco (2) Millefeuille aux marrons et ses éclats de noisettes 

 

                 Le pain                            Bourgueil Passion 2010              L'addition (2) : 164 €

Hôtel Particulier (10) Bourgueil Passion 2010 Hôtel Particulier

 

Réseaux sociaux, commentaires... pour partager, c'est juste à la fin du billet !

 


Hôtel Particulier (16) 23 avenue Junot (2)

Le Restaurant de l'Hôtel Particulier

23 avenue Junot, 75018 Paris (cliquez sur l'adresse pour afficher le plan)

Sonnez à une grande grille puis empruntez un chemin pavé, sur votre gauche un terrain de pétanque du début du siècle niché sous les arbres, puis près du rocher sonnez au portail noir (pavillon D).

Téléphone : 01 53 41 81 40

Métro : Lamarck Caulaincourt

hotel-particulier-montmartre.com

Ouvert du mercredi au samedi de 20:00 à 23:00 et pour le brunch le samedi et le dimanche de 12:00 à 14:30.

 

Retrouvez d'autres photos de l'Hôtel Particulier en cliquant sur :

BONUS PHOTOS !

 

VOUS AIMEZ ? Dîtes-le... c'est juste en dessous :-)