Gariguette (6) Gariguette (3) Gariguette (2)

Souvenez-vous, c’était en 2012, un candidat abandonnait pour la première fois Top Chef car il n’était pas d’accord avec les évaluations des jurés, voilà un garçon qui avait du caractère et du tempérament, un peu comme ces vins du Languedoc où il a grandi, un peu rugueux parfois mais généreux et ensoleillés. Il faut dire que Christian Constant avait dit à propos de son lapin au vin rouge - « C'est vraiment un peu simple. C'est pas du tout ce qu'on attend de Top Chef » - et malgré l’approche plus diplomate de Jean-François Piège qui avait tempéré - « Tout le monde aurait pu partir aujourd'hui » - Mehdi Kebboul, et oui c’est de lui qu’il s’agit, avait décidé d’envoyer promener les saltimbanques de M6 et de retourner à sa cuisine, une cuisine d’abord classique, il cite souvent Escoffier, mais aussi influencée par les accents du Sud, du Languedoc, de Béziers sans oublier les accents des autres voyages, l’Asie bien sûr, Medhi pratique la boxe thaïe, mais aussi l’Australie et bien d’autres encore.

Nous avons de la chance, nous avons retrouvé Medhi Kebboul, pas pour parler de Top Chef mais pour goûter sa cuisine, dans son restaurant au pied de Montmartre. C’est amusant, en relisant son portrait dessiné alors par la télé-cuisine, on peut lire ceci : « Son but : remporter Top Chef pour ouvrir un restaurant avec sa sœur ». Il n’aura pas remporté Top Chef 2012 mais il aura tenu promesse, le voici avec sa sœur à la tête de Gariguette. Et parfois les hasards écrivent de jolies histoires : nous avions aussi aimé dans cette rue de Caulaincourt, Iyara, une bonne adresse thaïlandaise et nous avions écrit ceci à propos du service « (…) La deuxième agréable surprise : l'accueil tout sourire en salle, une jeune femme non seulement très accueillante et professionnelle mais aussi pleine d'humour, un humour distancé et discret (…) », nous parlions sans le savoir de la sœur de Mehdi que nous avons retrouvée ici, Nejla, quel joli prénom, est encore plus accueillante, encore plus souriante et encore plus enthousiaste à l’idée de vous faire découvrir la cuisine de son frère, c’est beau les jolies histoires de fratrie ! 

Le FeuillyEt cette cuisine alors ? Superbe ! Le soir où nous y étions Mehdi a envoyé quarante couverts, un seul aide en cuisine, une vraie épreuve, pas une épreuve de  télé-cuisine, bref la vraie vie des cuisines. La salle s’est remplie peu à peu, jusqu’à devoir refuser du monde. Déjà des habitués comme Roger Feuilly dont nous avions lu par hasard le matin même le joli billet sur Gariguette dans Libé Food, nous parlerons gastronomie avec l’auteur du blog Tout n'est que litres et ratures et il aura la gentillesse de nous offrir son guide et de nous le dédicacer sur un coin de table. Et que disait-il dans son joli billet sur Gariguette ? « Allez-y d’urgence ! ». Voilà un homme plein de sagesse !

Amuse-boucheVoilà donc une nouvelle maison, pleine de bonnes intentions et de belles attentions. Cela commence dès le début avec un petit beignet de merlu, tout rond, tout bon, un pesto vert et des piquillos pour lui donner de l’énergie, une mise en bouche aussi soignée dans un menu à moins de trente euros ? c'est bon signe ! Le Chef Kebboul n’a pas menti : il connaît ses classiques et la terrine de lapin en est une belle démonstration, une gelée qui sent la garrigue au petit matin, une pointe de foie gras pour l’esprit de fête, des oignons confits et caramélisés, une pointe de tapenade d’olives noires, une pointe de mangue, rien n’est en trop, la partition est non seulement bien écrite mais aussi bien jouée ! Même plaisir gourmand avec les escargots au goût herbeux, adieu persillade et "aillade", bonjour délicatesse de l’ail des ours, bonjour onctuosité de la polenta crémeuse, bonjour piquant doux du chorizo, olé ! La belle histoire que voilà !

Et ce n’est pas fini, qui va piano va sano mais on sent que le Chef va aller allegro : le chausson de pigeon est une merveille, Mehdi Kebboul démontre sa maîtrise des jus et des techniques, si l’abricot et la pistache nous font penser une demi-seconde à la pastilla, c’est bien plutôt aux pâtés en croûte et autres tourtes à la Escoffier que l’on pense avec ce coup de cœur, croûte dorée et filets de pigeon rosés, jus corsé, c’est certain ce Chef a du caractère et sa cuisine aussi. Et comme il n’oublie pas le Languedoc de son enfance le voici nous faisant découvrir la bourride, un peu comme une bouillabaisse mais... seulement un peu, la lotte et les seiches sont les seules vedettes d'un soir de ce plat qui du côté de Toulon ou de Sète accueille moults poissons blancs et fruits de mer. Mais là, avec cette adaptation on profite de la délicatesse de la lotte, c’est un peu une bourride de Montmartre et cela aurait bien pu être un autre coup de cœur.

GariguetteOn s’est un petit peu moins régalé avec les desserts mais la barre avait été haut placée depuis le début et comme Mehdi Kebboul le disait lui-même en se préparant à Top Chef « S'il y a des épreuves autour de la pâtisserie, ce sera plus difficile », mais ne boudons pas notre plaisir, il y a déjà de belles idées, enfin des desserts qui s’échappent des sentiers rebattus... du fondant au chocolat et de la crème brulée ! Ouf, merci Chef Kebboul.

C’est une cuisine généreuse et on sent cette envie de faire plaisir en croquant dans les madeleines offertes à la sortie du four, on retrouve des bonheurs simples d’enfant, c’est bon mais c’est chaud, et on plonge  la main sans culpabilité dans les bocaux de bonbons, fraises Tagada et autres Dragibus…

Thierry Marx, qu’on a connu mieux inspiré, avait dit au sujet du départ de Mehdi : « Je suis toujours déçu quand quelqu'un abandonne dans la vie. Quand on abandonne une fois, on abandonne constamment », le genre de sentence définitive et sans intérêt qui ne laisse pas de place à des lendemains qui chantent. Le Chef Medhi Kebboul n’a pas abandonné ! Pour notre plus grande joie et celle de ceux qui ont déjà repéré l’endroit, il a rebondi, il est reparti  et croyez-nous, les lendemains chantent fort, beau et bon  au pied de la Butte Montmartre ! Reprenons tous en chœur : MIAM MIAM !

Nous avons choisi la formule à l'ardoise entrée + plat + dessert à 29 € :

  • Lapin : Terrine de lapin, foie gras
  • Escargots de Bourgogne : poêlés, polenta crémeuse à l'ail des ours, jus corsé, chorizo
  • Pigeon : en chausson, foie gras, chou rouge, abricots, pistaches, jus corsé de pigeon    => Notre coup de coeur
  • Lotte : en bourride, parmentier de seiche à la rouille, fumet safrané
  • Chocolat : en mousse, praliné, fraises guariguette, noisettes
  • Ananas : confit, citronnelle / vanille, mousse d'agrumes

Lapin - Terrine de lapin, foie gras Escargots de Bourgogne - poêlés, polenta crémeuse à l'ail des ours, jus corsé, chorizo (1) Pigeon - en chausson, foie gras, chou rouge, abricots, pistaches, jus corsé de pigeon Lotte - en bourride, parmentier de seiche à la rouille, fumet safrané Chocolat - en mousse, praliné, fraises guariguette, noisettes (2) Ananas - confit, citronnelle - vanille, mousse d'agrumes

 

                 Le pain                           L'addition (2) : 87.50 €                  Les bonbons

Gariguette (7) Gariguette (9) Gariguette (8)

 

Le restaurant est fermé.

 


Gariguette (10) 69 rue Caulaincourt

Gariguette

 

Retrouvez d'autres photos de Gariguette en cliquant sur :

BONUS PHOTOS !