Café Andrée Putman (9) Café Andrée Putman (3) Café Andrée Putman (8)

Si vous êtes de passage à Bordeaux, échappez-vous du Triangle d'Or, le quartier chic et doré, et dirigez-vous vers le musée d'art contemporain plus connu sous le nom de CAPC, le Centre d'Arts Plastiques Contemporains. Ce musée vaut le détour, non seulement pour son architecture, L'Entrepôt Lainé, ses expositions (en ce moment, Markus Schinwald - troublante installation d'une foule automate - , Sylvia Sleigh - troublants nus très crus - , Aftershow) mais aussi pour... son restaurant : le Café Andrée Putman.

Avant de parler de notre déjeuner au Café André Putman, attardons-nous quelques instants sur l'Entrepôt Lainé. Construite en 1824, cette gigantesque halle, connue sous le nom d'Entrepôt réel des denrées coloniales, servait à stocker sous douane le sucre, le café, le cacao, le coton et bien d'autres marchandises produites par les colonies. Les négociants bordelais les réexpédiaient ensuite vers l'Europe du Nord. Au cours du vingtième siècle, l'entrepôt est peu à peu remplacé par les entrepôts portuaires en bord de Garonne et est même menacé de destruction. C'est dans les années soixante-dix que la ville de Bordeaux rachète l'Entrepôt Lainé et l'utilise pour des évènements artistiques. En 1974, le CAPC s'installe dans une partie de l'entrepôt après des travaux dirigés par deux architectes, Denis Valode et Jean Pistre. En 1984, les travaux se poursuivent avec les mêmes architectes pour compléter le musée et l'enrichir également d'une bibliothèque et d'un restaurant. C'est à la designer Andrée Putman que l'on fait appel pour aménager ces deux espaces. Vous avez tous en mémoire certaines réalisations d'Andrée Putman reconnaissables par leur sobriété et leur pureté, l'absence de couleurs vives : l'Hotel Morgans à New York, le bureau de Jack Lang au Ministère de la Culture, la maison de BHL et Arielle Dombasle à Tanger. Vous avez tous aussi en mémoire la personne qui nous a malheureusement quittés en début d'année : un physique androgyne, une voix grave de fumeuse, une femme indépendante et classe, un regard qu'on n'oublie pas. Le restaurant a ouvert en 1990.

CAPC Bordeaux CAPC Bordeaux (2) CAPC Bordeaux (1)

14 heures déjà, il faut se presser pour rejoindre le deuxième étage, "l'heure espagnole" ne remonte pas jusqu'à Bordeaux. On arrive  sur la magifique terrasse du musée, (la plus belle terrasse de Bordeaux ? ne vous fiez pas aux photos prises sous un ciel menaçant) où l'on retrouve les oeuvres de Richard Long, White Rock Line (1990), une commande du musée réalisée à l'aide de pierres concassées et de Laurent Le Deunff avec sa Série de Totems (2007), un grizzli, un élan, un morse et un narval. En entrant dans le restaurant, on retrouve à nouveau deux oeuvres de Richard Long, qui se font face : Garonne Mud Circles et Garonne Black Mud Circle. Etonnamment, à première vue, on ne reconnaît pas les codes d'Andrée Putman puis en y regardant de plus près on retrouve sa patte dans une console, dans les colonnes de rangement...

Café Andrée Putman Café Andrée Putman (2) Café Andrée Putman (10)

Ici les cuisines n'ont pas été bradées à un industriel de la restauration, il y un Chef en cuisine. L'accueil est chaleureux malgré "l'heure tardive", ce sera donc  le déjeuner du jour, la carte, courte mais bien sentie, n'étant plus servie. La cuisine donc est signée Mathieu Palacin, un inconnu (pour nous en tous les cas) qui gagnerait à être connu si on en juge par sa cuisine du jour. D'abord, le menu du jour est abordable : deux plats pour 17.40 € ou trois plats pour 21.40 €.  Ensuite parce que c'est bon ! En entrée par chance, ni le saumon, ni l'avocat, contrairement à ce qui est annoncé sur la carte, n'ont été réduits en mousseline, émulsion, crème ou autre espuma ! Ici il ya de la mâche et les cubes verts et oranges sont tout frais sous la généreuse crème "espelettée" (même si la verrine aurait mérité de sortir des  frigos cinq minutes plus tôt). Une  volaille qui se tient et qui a un bon goût de poulet avec une étonnante crème de petits pois, c'est la saison, un carré croustillant de chorizo équilibre la douceur de la crème, c'est  vraiment bien vu ! Nous sommes moins convaincus par le dessert qui se présente comme une boisson chocolatée froide sous une crème au chocolat. Avant de relire la carte nous avons cru un instant que la crème n'avait pas eu le temps de prendre, mais au moins il y a de l'idée et le dessus est très bon... Pourquoi alors ne pas pousser le concept jusqu'au bout en plantant une paille dans le petit pot ?

Si nous étions Bordelais, le Café Andrée Putman compterait sans aucun doute parmi nos cantines, alors MIAM sans hésiter. En tout cas, à notre prochaine visite du CAPC, nous y retournerons, manger bon au milieu du  beau, de l'art et du manger : on signe immédiatement.

 

PS : Nous sommes désolés pour les photos mais l'appareil est resté dans la valise.

 

Nous avons choisi le déjeuner du jour :

  • Verrine de saumon et avocats mousseline
  • Suprême de volaille, crème de petits pois, riz chorizo
  • Petit pot de lait au chocolat

Verrine de saumon et avocats mousseline (1) Suprême de volaille, crème de petits pois, riz chorizo Petit pot de lait au chocolat (1)

 

                Le pain                                     L'eau ;-)                        L'addition (2) : 63.90 €

Café Andrée Putman (4) Café Andrée Putman (6) Café Andrée Putman (1)

 

Réseaux sociaux, commentaires... pour partager, c'est juste à la fin du billet !

 


Café Andrée Putman (12)

Café Andrée Putman, le restaurant du musée CAPC

7 rue Ferrère, 33000 Bordeaux (cliquez sur l'adresse pour afficher le plan)

Téléphone : 05 56 44 71 61

www.cafeandreeputman.com

Ouvert du mardi au dimanche de 11:30 à 17:00, brunch le samedi et le dimanche

 

Vous aimez ? Vous avez envie de partager avec vos amis ?... Dîtes-le... C'est juste en dessous :-)