Restaurant itinéraires (11) Restaurant itinéraires (3) Restaurant itinéraires (6)

Cela avait pourtant bien commencé, un accueil charmant au téléphone et tout autant en salle. Une table réservée à 20 h 45, voilà un horaire imposé précis qui laisse présager d’une gestion efficace de l’arrivée des clients pour que la cuisine ne s’asphyxie pas et c’est un bon point ! Jolie petite salle, belle ambiance tout en douceur, quelques tables à touche-touche, d’autres moins, mais on est à Paris et il faut l’accepter parait-il, en même temps tous nos voisins sont américains ou anglais, c’est un peu comme de la pop anglaise on écoute sans écouter, vue sur la cuisine pour les plus chanceux, pas nous, la route s’annonce bonne.

Pour ceux qui ne savent pas lire une carte, pas de panique car il n’y en a pas ou presque. Nous voici dans un nouvel étoilé qui propose trois menus, Plaisir (uniquement du mardi au jeudi), Découverte, ou Dégustation, qui au fur et à mesure que vous montez dans la gamme deviennent des menus imposés car les propositions sont peu nombreuses, ce qui on le sait est souvent un gage de qualité mais aussi de liberté qui passe de la salle à la cuisine, c’est au bon vouloir du Chef. En même temps un Chef qui choisit son pain chez Poujauran ou une partie de ses légumes chez Yamashita Asafumi, la haute couture du potiron et autres tomates, on a plutôt envie de lui faire confiance.
Le Chef justement, Sylvain Sendra est passé chez Roellinger, à la Chèvre d’Or d’Eze-Village, ou encore au Roussillon à Londres, avant de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec son épouse, et la consécration de tout ce travail, enfin une forme de création, est arrivée en 2013 avec une étoile Michelin.

Restaurant itinéraires (9) Restaurant itinéraires (8) Restaurant itinéraires (10)

Nous avons choisi un très joli vin, « Vie on y est », parfaitement adapté pour une soirée d’anniversaire ! Dommage que notre conseillère ne puisse nous dire si le cépage était bien un Viognier et s’il s’agissait donc d’un très joli jeu de mots du Domaine Gramenon. Dommage pour un restaurant qui se présente sur son site comme « un restaurant ouvert d’esprit où le vin fait partie des sentiers recommandés ». C’est d’autant plus dommage que c’est assez malin d’avoir mis à la carte ce "vin de table" qui sort des sentiers battus, c’est une gourmandise tendre, certains y perçoivent des parfums de fleurs blanches, nous c’est un parfum de petits pois frais que nous avons senti, comme quand vous les ramassez le matin au soleil levant, quand la terre fume à peine et que vous vous avancez le long des rames, c’est rond, c’est frais, la vie est belle, nous étions de belle humeur et prêts pour le menu plaisir, pardon le Menu Plaisir car quitte à perdre sa liberté, autant se laisser un peu de choix, entrée, plat, dessert, 49 euros tout de même. Nous n’aurons pas la chance d’avoir l’huile de Sicile avec le petit pain brioché chaud, tout rond, tout bon, tant pis, elle arrivera plus tard avec le plat. La mise en bouche aérienne et gracile, avec des tiges de brocolis du déjà cité Asafumi, nous met en grand appétit mais il faudra attendre, attendre, attendre. Une heure et quinze minutes plus tard les entrées arrivent, presque plus de « Vie on y est ».

D’un côté, une belle entrée avec une compotée d'oignons, une compotée tout en douceur, l’oignon des Cévennes est tendre, on aurait aimé un peu plus de générosité sur le foie gras, l’attente peut-être nous avait trop ouvert l’appétit, un excellent jus à saucer avec le pain de Poujauran. De l’autre côté une assiette très jolie mais un contact violent avec le velouté d’herbes, l’ail a envahi l’assiette, ce n’est pas possible : personne ne goûte en cuisine ? C’est vraiment dommage car l’idée de départ semblait très intéressante, tous les autres goûts et parfums sont morts. Nos voisins américains ont beaucoup ri en voyant nos têtes et le fou rire nous a gagné tous les quatre car notre délicieuse voisine avait vécu la même expérience avant que nous n’arrivions, « too much garlic kills garlic ! », « Is it garlic ? I thought it was wasabi ! », non ce n’était pas du wasabi, mais bien de l’ail, confirmé par la serveuse avec cette réponse magnifique « Oui c’est de l’ail, le Chef aime beaucoup l’ail mais c’est vrai que si vous n’aimez pas l’ail... ». Mais on adore l’ail (enfin Jack), quand on a été élevé aux escargots farcis et à la salade de pissenlits, on adore forcément  l’ail mais pas au point d’en manger jusqu’au lendemain… et de ne plus pouvoir parler sans mettre sa main devant sa bouche !

Restaurant itinéraires (4) Restaurant itinéraires (7) Restaurant itinéraires (2)

On se calme, plus d’embouteillage en cuisine, les plats arrivent presqu’aussitôt. D’un côté, une belle canette de la Dombes, de cette belle région aux mille étangs, de la canette ce n’est pas du canard et tant mieux car on a là une chair plus tendre et plus savoureuse, un clin d’œil au canard à l’orange, c’est joliment fait. De l’autre côté, on reste en interrogation : une cuisson parfaite de la pintade, une volaille qui mérite d’être redécouverte, un jus excellent même si on n’aime pas du tout la présentation façon Pollock, (troisième désaccord, le Chef pense selon notre serveuse que c’est un Picasso), mais un risotto malheureusement al dente, (on n’a pas osé demandé si c’était là une volonté du Chef) et une  question : à quoi servent les deux micro-tranches de lard de Monsieur Duler servies à côté dans une assiette ? Excellent lard au demeurant mais comme diraient nos nouveaux amis de Los Angeles : « So what ? », quand la cuisine ne devient plus lisible, cela pose question…

Pour finir, ou presque, des desserts classiques - mais pourquoi chercher forcément l’originalité ? - confirmeront l’impression que nous sommes plutôt dans la bistronomie.
Et pour finir cette fois-ci, en ouvrant la jolie boite à mignardises on se demandera qui a eu l’idée de servir à la fin du repas un macaron à la truffe ? Là pour le coup c’est original mais on a l’impression de recommencer le repas avec un fort goût de champignon en bouche, très bon macaron mais faut-il donc forcément chercher l’originalité…

Mise en bouche Pintade rôtie, girolles, risotto corsé au jus de viande, lard de Mr Duler Mignardises

Bref, nous ne nous sommes pas compris avec le Chef qui restera dans sa cuisine au fond, peut-être que le service n’a pas jugé utile de transmettre nos remarques ? Peut-être que le Chef n’a pas trouvé utile d’y répondre et c’est bien là le moindre de ses droits !

Le nôtre, en toute subjectivité assumée sera de dire PETIT MIAM, on est dans la belle cuisine de bistrot mais à... 49 euros entrée/plat/dessert (du mardi au jeudi uniquement), pas dans la cuisine étoilée, assiettes graphiques, service charmant mais hésitant, une cuisine trop irrégulière passant du très bon au bien moins bon, sans parler de l'eau pétillante du robinet à six euros mais là c'est un autre débat...

 

Nous avons choisi le Menu Plaisir - une entrée, un plat et un dessert :

  • Velouté d'herbes glacé, maquereau et anguilles fumées, sorbet à l'huître
  • Tarte à l'oignon doux des Cévennes, foie gras poêlé, champignons de Paris et noix de muscade
  • Canette de la Dombes, déclinaison autour de la carotte et l'orange
  • Pintade rôtie, girolles, risotto corsé au jus de viande, lard de Mr Duler
  • Entremet chocolat, passion et framboise
  • Poêlée de fraises au basilic, glace vanille de Madagascar et meringues

Velouté d'herbes glacé, maquereau et anguilles fumées, sorbet à l'huître (1) Tarte à l'oignon doux des Cévennes, foie gras poêlé, champignons de Paris et noix de muscade (1) Canette de la Dombes, déclinaison autour de la carotte et l'orange (1) Pintade rôtie, girolles, risotto corsé au jus de viande, lard de Mr Duler (3) Entremet chocolat, passion et framboise (1) Poêlée de fraises au basilic, glace vanille de Madagascar et meringues (2)

 

                  Le pain               Côtes-du-Rhône Domaine Gramenon      L'addition (2) : 149 €

Restaurant itinéraires (1) Côtes-du-Rhône Domaine Gramenon Restaurant itinéraires

 

Le restaurant a fermé et c'est Julia Sedefdjian qui s'est installée à cette adresse avec Baieta.

 


Restaurant itinéraires (16) 5 rue de Pontoise

Restaurant itinéraires

5 rue de Pontoise, 75005 Paris (cliquez sur l'adresse pour afficher le plan)

Téléphone : 01 46 33 60 11

Métro : Maubert-Mutualité

restaurant-itinéraires.com

Ouvert du mardi au samedi de 12:00 à 14:30 et de 19:00 à 22:30