Bulots Sashimi Huîtres (1)

L'izakaya est au Japon ce que le bistrot est (était ?) à la France, le pub à la Grande-Bretagne, le bar à tapas à l’Espagne. Notre voisin de comptoir nous dira qu’il y en a vingt mille au Japon, notre autre voisin vingt-cinq mille, mais peu importe… il y en a beaucoup. Vous pourrez les repérer à la lanterne rouge traditionnelle. Pour celui dont nous vous parlons ici, il faut absolument réserver si vous voulez avoir une chance de déguster des huîtres grandes comme la main, du poulpe de toutes les façons ou des sashimis si frais que les crevettes semblaient encore vivantes, à moins que ce ne soit l’effet du saké ! Sans parler de ce nodoguro grillé aux yeux si expressifs…

Itaru Honten (18) Itaru Honten (14) Itaru Honten (17)

Les izakayas sont très fréquentés le soir, car non seulement on peut s’y restaurer mais c’est aussi (et surtout ?) un lieu de socialisation, les Japonais recevant assez peu « à la maison ». On peut commander au fur et à mesure de sa faim, et il vaut mieux réserver au bar pour profiter du coup de feu en cuisine, et faire connaissance avec ses voisins. A notre droite un couple de Japonais amoureux de Paris qui nous donneront plein de conseils pour Tokyo. A notre gauche, un professeur néo-zélandais en histoire de la danse et sa très jeune épouse japonaise, une ancienne étudiante thésarde… Ils nous feront découvrir un incroyable saké, si doux et si parfumé, une réserve du patron qu’il garde pour ses habitués. Nous en avons profité car le professeur a fait de cet izakaya sa cantine et on le comprend ! Malheureusement, pris dans la discussion nous oublierons de prendre la photo de la bouteille… On produit du saké  à Kanazawa depuis quatre cents ans, surtout en hiver quand il fait froid, le riz est récolté dans la plaine de Kaga et les rivières de Saigawa et Asanogawa fournissent l’eau.

Itaru Honten (2) Itaru Honten (1) Itaru Honten (10) Itaru Honten (4) Itaru Honten (12) Itaru Honten (11)

Bien entendu si vous ne disposez que de quelques jours pour découvrir le Japon, Kanazawa ne s’imposera pas naturellement ! Mais si vous avez du temps, sachez que son jardin Kenrokuen et son musée d’art contemporain sont tout à fait dignes d’un grand intérêt. Imaginé par les architectes japonais Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, le musée ne s’intéresse qu’aux créations du vingt-et-unième siècle. Rien que l’œuvre de James Turrell, "Blue Planet Sky", et plus encore celle de Leandro Erlich, "Swimming Pool", valent bien un petit crochet par Kanazawa, sans compter qu’on vous a trouvé un bistrot, pardon un izakaya où vous pourrez le soir refaire le monde et discuter après plusieurs verres de saké de l’importance de l’art dans la vie de tous les jours ! Et surtout vous régalez à un prix fort raisonnable. MIAM pour ce bon bistrot. 

Kanazawa Kanazawa (2) Kanazawa (3) Kanazawa (5) Kanazawa (7) Kanazawa (8)

 

Nous avons dégusté :

  • Sashimi
  • Huîtres
  • Rouleaux de printemps au poulpe
  • Tempura de poulpe
  • Nodoguro (bar rose) grillé

L'addition (2) : 9 700 ¥ (72 €)

Sashimi (1) Huîtres Rouleaux de printemps au poulpe Tempura de poulpe (1) Nodoguro (bar rose) grillé (1) Itaru Honten

 

Réseaux sociaux, commentaires... pour partager, c'est juste à la fin du billet !

 


Itaru Honten (19)

Itaru Honten

3-8, Kakinokibatake, Kanazawa, Ishikawa Prefecture (cliquez sur l'adresse pour afficher le plan)

Téléphone : +81 76-221-4194 (réservation acceptée uniquement par le concierge d'un hôtel)

www.itaru.ne.jp

Ouvert du lundi au samedi de 17:30 à 23:30 (dernière commande à 23:00)

 

Vous aimez ? Vous avez envie de partager avec vos amis ?... Dîtes-le... C'est juste en dessous :-)