Foie gras, bouillon de soja, navet, nori (3) Sole, topinambour, grenobloise au yuzu Faux filet Wagyu, salsifis, truffe noire

La rue Tronchet à Lyon n’a rien de très glamour, même un 14 février, la vitrine du numéro 52 guère plus, de grands rideaux opacifient la devanture, on imagine qu’il y a de la vie à l'intérieur en s’amusant des ombres "coréennes" qui s'y projettent, on aperçoit une ampoule qui pend à un fil et puis c’est tout ! Et pourtant c’est bien ici qu’il faut aller si votre passe-temps vous conduit à surprendre et séduire vos papilles.
Un étonnant mais très sage trio coréen emmené par le Chef Younghoon Lee avec son second Myoungwoo Seok et sa femme So Young Lim ont posé ici leurs casseroles et donc pendu des ampoules au plafond.

Le Passe Temps (9) Le Passe Temps (8) Le Passe Temps (7)

Dans une ambiance de temple zen où la fioriture ne doit pas déconcentrer le plaisir du goût, Younghhoon Lee a écrit ce soir-là un bel hommage à la gastronomie française mais sans déférence et en sachant la bousculer avec tact. Pour preuve, la classique et bourgeoise vichyssoise (potage de poireau-pomme de terre-oignon-bouillon de poule) est associée à une huître et une crème d’anguille fumée. La sole grenobloise est ici réveillée par le yuzu, à la place du citron ; pas de pommes anglaises tristounettes mais du topinambour. C'est sublime avec le juste tremblement dans la mâchoire provoqué par l’agrume aussitôt calmé par une sole délicate. Le foie gras sait tenir la dragée haute à un dashi parfumé et les cèpes font toujours un accord terre-mer réussi avec les Saint-Jacques alors qu’on craignait sans raison une surpuissance de l’oursin. Il faut dire que tout avait parfaitement commencé avec une simple gougère... à la crème de sésame torréfié. Cette cuisine "slash" est faite d’équilibre, jamais de provocation inutile. Younghoon Lee connaît le danger d’une imagination galopante mais il sait que la précision et la maîtrise technique la révèlent. Un passage chez Lasserre et un autre chez Paul Bocuse lui ont appris non seulement les grands classiques mais aussi la technique et la précision, CQFD.

Le Passe Temps (6) Le Passe Temps (5) Le Passe Temps (3)

Si on ajoute à cela un service d’une incroyable gentillesse et une carte des vins où on trouve l’excellent Morgon « nature » du Domaine Chamonard, on se dit que notre amie Travelling Foodista avait bien raison de nous le recommander, que cela fait un joli MIAM MIAM lyonnais.

 

 Le menu du soir :

  • Huître à la vichyssoise
  • Foie gras, bouillon de soja, navet, nori
  • Noix de Saint Jacques, potiron, oursin, cèpe
  • Sole, topinambour, grenobloise au yuzu
  • Faux filet Wagyu, salsifis, truffe noire
  • Cidre, amande, miel, poire

Huître à la vichyssoise (2) Foie gras, bouillon de soja, navet, nori (2) Noix de Saint Jacques, potiron, oursin, cèpe (2) Sole, topinambour, grenobloise au yuzu (2) Faux filet Wagyu, salsifis, truffe noire (1) Cidre, amande, miel, poire (2)

 

               Le pain                  Morgon Domaine J. Chamonard 2013   L'addition (2) : 158.50 €

Le Passe Temps (4) Morgon Domaine J Le Passe Temps (2)

 

Vous aimez ? Vous avez envie de partager avec vos amis ?... Dîtes-le... C'est juste en dessous, à la fin du billet :-)

 


Le Passe Temps

52 rue Tronchet, 69006 Lyon - Métro : Masséna

Téléphone : 04 72 82 90 14

Ouvert du mardi au samedi de 12:00 à 13:30 et du lundi au samedi de 19:45 à 21:30

Le Passe Temps 52 rue Tronchet