La Maison Bleue (9) La Maison Bleue (3) La Maison Bleue (8)

Il y avait tout pour donner envie. Un joli nom qui nous fait aussitôt fredonner la chanson de Maxime Leforestier et se dire qu’il serait temps de retourner à San Francisco pour un dîner chez Dominique Crenn… Une jolie ambiance avec une terrasse qui donne sur Saint-Vincent-de-Paul et ses deux tours carrées, comme une petite Notre-Dame ; une déco trendy avec un indien jaune et des écritures-néons comme autant d’œuvres de Bruce Nauman ; un service adorable et plutôt attentionné ; des horaires comme on aime de 7 h à minuit, sept jours sur sept, du café du matin au dernier verre de la nuit, comme dans le dernier bar sur la place d’un village qui se meurt (il semble d’ailleurs que ce soit une nouvelle tendance parisienne…).
La carte donne envie mais le Chef reste anonyme (on ne connaît ici que son prénom) comme dans beaucoup de lieux « up to date »,  qui connaît le Chef du 52 par exemple ou des autres tables de Charles Compagnon ?

La Maison Bleue (8) La Maison Bleue (9) La Maison Bleue (10)

Mais alors tout va bien ? Eh bien, en fait c’est un peu énervant de ne pas savoir faire cuire un haddock ; il était tellement sec qu’on a cru un instant qu’il n’avait pas fait trempette dans du lait avant de passer au four. Notre serveur fort sympathique a enquêté en cuisine. Il avait bien fait trempette selon le Chef ! Un moment d’inattention peut-être ou simplement une approche des cuissons très différente de la nôtre ?
La terrine n'est pas mal même si on a cherché le goût de la coriandre et du paprika, il faut dire pour sa défense qu’elle arrivait après celle de Bruno Doucet à La Régalade Conservatoire, la concurrence était rude. C’était pourtant une belle idée que cette coriandre et ce paprika.

La Maison Bleue (6) La Maison Bleue (7) La Maison Bleue (2)

En fait, nous avons eu l’impression qu’on est ici un peu timide sur les assaisonnements, comme pour ce tartare de langoustine et avocat, correct mais bien trop doucereux. Le citron vert annoncé aurait mérité qu’on lui laissa réveiller cette entrée et tacler le gras de l’avocat, ou alors qu’on le zesta avant d’envoyer ?
Pas d’erreur pour le fromage choisi à la fromagerie  de l’Île Saint-Louis même si on aurait aimé qu’il soit plus à température ambiante afin de mieux laisser s’exprimer la truffe. Mais ne soyons pas bégueules, le pain de Poujouran et le Macon-Loché du couple Tripoz en ont fait une belle sortie de table. Quant à la tarte au citron ou au combawa, elle plaira à ceux qui aiment les desserts très sucrés.

La Maison Bleue (11) La Maison Bleue (13) La Maison Bleue (14)

PETIT MIAM pour La Maison Bleue, mais encore une fois il faut souligner le bel accueil, comme cette petite Chartreuse offerte pour se faire un peu pardonner. A vous de voir et de nous dire, vous le savez tous, tout ceci est très subjectif, donc on ne frappe pas… 

 

Nous avons choisi à l'ardoise :

  • Terrine du Chef (porc, coriandre, paprika)
  • Le tartare de langoustines, avocat, citron vert
  • Le haddock, zeste d'orange, épeautre à la crème d'épinards
  • Les fromages du "38"
  • La tarte au citron version combava

Terrine du Chef (porc, coriandre, paprika) (1) Le tartare de langoustines, avocat, citron vert Le haddock, zeste d'orange, épeautre à la crème d'épinards (1) Les fromages du _38_ La tarte au citron version combava (2)

 

     Le pain de Poujauran  Macon-Loché Céline & Laurent Tripoz 2013  L'addition (2) : 97.20 €

La Maison Bleue (1) Macon-Loché Céline & Laurent Tripoz 2013 (1) La Maison Bleue

 

Vous aimez ? Vous avez envie de partager avec vos amis ?... Dîtes-le... C'est juste en dessous, à la fin du billet :-)

 


La Maison Bleue

2 place Franz Liszt, 75010 Paris - Métro : Poissonnière

Téléphone : 01 44 65 01 80 - www.lamaisonbleue.paris

Ouvert tous les jours de 07:00 à minuit

La Maison Bleue (15) 2 place Franz Liszt