35721698_10157385172483539_2384741618570756096_n (1) IMG_1023 35745596_10157385173993539_7356867137928953856_n (1)

Nous ne savons pas qui est ce Robert mais il gagne à être connu tant sa table est bonne et nous avons eu raison de ne pas refuser l’invitation.

Ce nouveau lieu charmant a été imaginé par Edouard Bergeon et Loic Martin avec un Chef pour une fois pas japonais mais bien tatoué, Peter Orr. Il est australien et a été repéré au Passage où nous avions rencontré il y a longtemps déjà un autre Chef australien, James Edward Henry qui est un ami de Peter : quand on vous dit que le monde de la cuisine est un village…

Ambiance chaleureuse et élégante pas coincée avec, luxe suprême à Paris, des grandes tables et de l’espace, on veut bien danser collés-serrés mais pas manger ainsi… En salle on fait confiance à Roxane Thomas, responsable de salle et à la sommelière Elisa Doan inspirée par la biodynamie, le bio voire le nature comme avec ce joli Brouilly Les Grès Roses, un vin bien élevé et souriant choisi presqu’au hasard parmi une bonne centaine de belles propositions.

35711844_10157385173823539_415008756938571776_n(1) (1) IMG_1008 IMG_1006

Avec les cuisiniers Lionnel Rigobert et Mark Walden sans oublier Iresh Warnakula plongeur mais aussi aide-cuisinier, Peter Orr démontre avec brio qu’en cuisine on est d’abord une équipe qui régale. Et ce soir-là l’essai est marqué : velouté des dernières asperges avec des œufs de saumon et du citron confit, des croûtons pour ne pas s’assoupir et (peut-être ?) une cuillère de crème crue tout au fond. Comme dans la campagne de notre enfance il est servi chaud alors que les températures montent et ça c’est malin. Les moules, elles, sont froides et en bonne compagnie de vraies tomates anciennes, les premières en direct du jardin de Robert dans le Sancerrois, ajoutez quelques feuilles de coriandre bien vertes au parfum d’anis, une mayonnaise au crabe et on retrouve cette cuisine « slash » que l’on a tant aimée et qu’on aime toujours.

La carte change tous les mois (et celle du déjeuner chaque semaine). On a eu la chance de profiter d’un cochon de la Ferme de Clavisy, près de Noyers dans l’Yonne (d’où viennent  toutes les viandes). Un cochon grillé mais pas sec, presque caramélisé, avec des petits pois, du bacon et même un petit tortillon de peau grillée, comme une gourmandise. Et puis comment ne pas saluer le très beau travail des gnocchi, tendres, suaves, doux, très très bons, des gnocchi que l’on promène du bout de la fourchette dans un jus magnifique, jusqu’à ce que gorgés de sucs ils rendent l’âme pour notre plus grand plaisir même pas coupable. Peter Orr nous fait ici profiter de ses expériences dans des étoilés italiens de Londres et on sent qu’il apprécie préparer la pasta ! Ces ravioles de morue en sont une belle preuve, comme une brandade à l’intérieur, et le goût iodé de la salicorne, grazie mille ! Il aura pour cela fallu renoncer à un beau merlu de ligne, issu d’une pêche responsable avec des fregola, ces petites pâtes que l’on fait en Sardaigne mais choisir c’est renoncer…

35695386_10157385173343539_3310453825596293120_n (1) 35881960_10157385172758539_926817946355892224_n (1) IMG_1019

Un très beau bleu de Sassenage change de l’éternel Comté 24 mois ! Il est servi ici avec une pointe d’un miel presque cristallin, comme un condiment, emportés par la gourmandise on mangera même la croûte où se concentrent les parfums du Vercors ! Et pour vraiment finir un beau dessert de Chef avec des pistaches et des grosses cerises joufflues et gorgées de sucre, un dessert qui donne envie de dire MIAM MIAM et de prendre le Chef en photo.

On ne sait toujours pas qui est ce Robert mais on est très contents de connaître Peter Orr, et si l’Australie devenait le nouveau Japon ?… On ne sait pas, mais vous devriez aller faire un tour du côté de chez Robert ! La preuve ? Il nous a fait sortir de notre hibernation pour vous livrer ce nouveau billet car nous pratiquons désormais le slow blog…

 

Nous avons choisi :

  • Velouté d'asperges vertes, oeufs de saumon, citron confit
  • Moules, tomates anciennes, coriandre, Mayonnaise au crabe
  • Cochon fermier, bacon, gnocchi, petits pois fèves
  • Ravioles de morue, câpres, salicornes, radis
  • Bleu de Sassenage
  • Sablé pistache, cerises, glace pistache

IMG_1007 IMG_1005 IMG_1013 IMG_1015 IMG_1020 IMG_1018

 

                  Le pain                      Brouilly Les Grès Roses 2015      

IMG_1009 IMG_1010 35923715_10157385171383539_8507875496598437888_n (1)

 

Vous aimez ? Vous avez envie de partager avec vos amis ?... Dîtes-le... C'est juste en dessous, à la fin du billet :-)

 


Robert

32 rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris - Téléphone : 01 43 57 20 29

Métro : Goncourt - robert-restaurant.fr

Ouvert du mercredi au samedi de 12:00 à 14:30 et de 19:00 à 22:30

IMG_1002 35925303_10157385171983539_3942070212907499520_n (1)