08 février 2012

La Timbale - Paris 18

  La Timbale, c’est notre première cantine ! On est bien à la Timbale, il fait chaud, ça sent bon, l’accueil est chaleureux, il y a toujours du monde donc un peu d’attente. Si vous arrivez tôt vous pourrez même écouter une programmation musicale pas inintéressante… Après, le joyeux brouhaha couvre la musique ! Ingrid, en salle vous parle avec une voix délicieuse de dessin animé, elle vous dit bienvenu quand vous dites merci et elle vous rappelle  avec un sourire désarmant « ici tout est maison ». C’est pour... [Lire la suite]

04 février 2012

Les Coulisses Vintage - Paris 9

Nous étions heureux de découvrir Les Coulisses Vintage dont nous avions tant entendu parler. Déception ! Alignement de tables serrées-collées comme des sardines dans leur boîte. Nous savons tout de la vie de famille compliquée des deux dames à gauche et le couple de droite n’a pas réussi à se réchauffer de tout le repas. Carte classique mais intéressante  présentée par un des associés qui en fait trop : qui ne connaît pas déjà l’histoire de l’introduction de la pomme de terre en France ? Est-ce nécessaire de descendre... [Lire la suite]
29 janvier 2012

Chez Casimir - Paris 10

Une virée au MacVal en hiver en scooter ça donne froid et faim... Retour à Paris à 15h30, encore l'heure du brunch, pas celui du bobo ou du chichiteux, celui du Breton, et chez Casimir on sait se tenir à table ! C'est bon, c'est vrai, c'est frais, ça sent presque les embruns. Le buffet d'entrée s'appelle le buffet d'accueil, on pourrait dire du bon accueil, tout est bon même le poireau vinaigrette est joyeux, le boudin sanguin, la tapenade ouvre la Bretagne au Sud, les carottes fraîches, je répète les carottes sont fraîches,... [Lire la suite]
27 janvier 2012

Le Baratin - Paris 20

Il faut aller un peu loin dans le vingtième mais cela vaut la peine ! Accueil surprenant par un monsieur peu aimable mais un service parfait et même le sourire de la divine Chef, on préfère dire Cuisinière. Il y a beaucoup de noblesse et de chaleur dans ce mot, comme dans la cuisine du Baratin. La tête de veau réussit à fondre et à croustiller, les langues d'oursin caressent le blanc nacré des Saint-Jacques, presque érotique. Les viandes sont sublimes, les cuissons qu'on imagine longues donnent de la tendresse, on a envie de serrer... [Lire la suite]