24 mars 2012

Jaja - Paris 4

Jaja, quel joli nom pour un restaurant. Boris Vian chantait « Je bois, / N'importe quel jaja / Pourvu qu'il fasse ses douze degrés cinq ». Rien à voir ici, la carte des vins beaux est belle et on se repère avec des classements  peu vus « du rare, du rêve, de l’exceptionnel à déguster avec candeur », ou « de l’insolite, du bizarre, qui emprunte les chemins de traverse » ou encore « du fruit, du croquant, du gouleyant, ça glisse tout seul… ». C’est dans cette dernière catégorie que... [Lire la suite]