A Nepita Extérieur (3) J&W A Nepita Simon Andrews et Julien Attardo J&W A Nepita Salle (3) J&W

Loin de l’agitation du bord de mer, voici une adresse ajaccienne  que l’on voudrait garder que pour nos quelques milliers de visiteurs. C’est une petite rue toute modeste, pas loin de l’imposant palais de justice.
Le Chef Simon Andrews et le Pâtissier-Chef de Salle-Sommelier-Serveur Julien Attardo ont créé ce coin de paradis gastronomique en 2009. Ils ne sont que deux pour conduire le bateau et ils  embarquent à chaque fois une petite trentaine de passagers pour une belle promenade en mer et dans l’arrière pays corse, oui c’est un restaurant amphibie !  Ils aiment les produits de l’Île de Beauté, ils les respectent, ils les magnifient, ils vous les font découvrir car ils aiment partager et cela se sent très vite.

 

Deux insulaires aux commandes : Simon Andrews est anglais et cela s’entend légèrement, so charming accent,  et il est devenu corse, si cela est possible,  depuis huit ans. Il s’était fait remarquer au Palm Beach, sur la fameuse Route des Sanguinaires, une étoile juste avant de partir, comme un signe du Bib pour la prochaine aventure, certains seraient restés pour profiter de la gloire, lui voulait voler de ses propres ailes.   Julien Attardo  lui, est Corse depuis toujours, enfin on l’imagine en l’écoutant parler, que c’est beau l’accent corse, son père est un professeur de cuisine, les chiens ne font pas des chats, c’est sa professeure sommelière de Bastia, de passage le soir où nous y étions, qui nous a raconté et dit sa fierté de le voir aujourd’hui associé avec le Chef Andrews. Ensemble, ils donnent dans leur restaurant modeste, à l’image de la marjolaine sauvage, a nepita, une belle image de la cuisine corse, bref deux belles personnes pour une belle bistronomie ensoleillée.  Chaque matin, le Chef va au marché et le menu est écrit ensuite, c’est peut-être là un peu du secret de la réussite, sans oublier le talent, l’évidente complicité et sans aucun doute la générosité.

Pour attendre un peu, un saumon mi-cuit, frais et léger est comme une promesse qui sera tenue, le festival peut commencer. La cuisson des seiches est incroyablement juste, elles refont le monde  comme des vieilles copines sur un banc de village avec des pleurotes tendres et savoureuses, des parfums de mer et de noisette, c’est magnifique et pour la première fois un nuage atomique vert tendre  nous amuse et nous ravit. Un foie gras comme un petit panier, on a envie de chanter, « 7, 8, 9, dans mon panier neuf », on se retient et  là aussi on constate la grande maitrise des cuissons, la pêche blanche corse apporte un peu d’acidité et le parfum de lavande discret est comme une eau de Cologne anglaise, c’est frais, c’est propre, c’est beau. Pour une fois, nous avons pris le même plat et pourtant le cochon avait l’air si bon, cochon qui s’en dédit. Ter repetita, encore une cuisson parfaite pour la rascasse qui réussit à être rôtie et colorée à l’extérieur, blanche et tendre à l’intérieur. Une petite rangée de palourdes, alignées parfaitement comme pour la parade, friment sous l’émulsion et chahutent la rascasse qui  la ramène moins sans ses épines ! Les aubergines et les tomates, confites, comme alanguies au soleil, ont dû cuire longtemps et doucement pour s’offrir ainsi, c’est beau, c’est bon, c’est chaud, c’est le sud, c’est le sud de la Corse, trinquons à la santé de nos hôtes. Un joli Calvi blanc que le Conseil des Vins de Corse présente ainsi "... les vins de Calvi sont à l'image du vignoble : droits, d'une grande honnêteté, avec une pointe de caractère rebel pour qui sait les apprécier. Une personalité qui fait tout leur charme...", on dirait une description de Simon et Julien !

« Je prépare les pâtisseries, ensuite je me change, et j’arrive en salle », ce ne doit pas être de tout repos mais quelle bonne idée Julien et nous laissons la parole à votre professeure de Bastia au sujet de la fine tarte aux figues, mais attention, pas n’importe quelles figues, des figues fleurs : «  Julien c’est merveilleux ton dessert, il y a tout !  le croquant, le tendre, le tiède, le froid, le sucré, l’acide, le cuit, le cru, Julien c’est merveilleux » . Rien à ajouter, enfin si, le parfait à l’ananas n’a jamais aussi bien porté son nom ! Trois parfums seulement  et puis s’en va, on ne pourrait pas recommencer ?  

Et à la fin deux petits éclairs, comme des choux de pièce-montée, où est la mariée ? , font écho aux amuse-bouches, discrètement, modestement.

 

Retenez ce nom : A Nepita. Retenez leurs noms : Chef Simon Andrews et Julien Attardo, vous allez entendre parler d’eux, ce n’est que le début et c’est tant mieux. C'est en tout cas MIAM MIAM sans hésiter, comment dit-on miam miam en Corse ?
 

Nous avons choisi  :

  • Poêlée de seiches et pleurotes, émulsion persillade => Notre coup de coeur
  • Escalope de foie gras poêlé aux pèches et à la lavande
  • Pavé de rascasse rôti, tomates, aubergines et quelques palourdes
  • Tarte fine aux figues fraîches
  • Parfait glacé à l'ananas, safran et framboises fraîches

A Nepita Poelée de seiches et pleurottes J&WA Nepita Escalope de foie gras poelée J&WA Nepita Pavé de rascasse roti (1) J&WA Nepita Tarte fine aux figues fraiches J&WA Nepita Parfait glacé à l'ananas J&W

 

La corbeille de pain                            Calvi blanc 2011           L'addition : 112 €

A Nepita Pain J&W          A Nepita Calvi 2011 (1) J&W          A Nepita Addition J&W

 


A Nepita Carte de visite (1) J&W

A Nepita

4 rue San Lazaro, 20000 Ajaccio (cliquez sur l'adresse pour afficher le plan)

Téléphone : 04 95 26 75 68

Ouvert le midi du lundi au vendredi et le soir du jeudi au samedi.

Pas de chance pour les aoûtiens, ces extraterrestres de la gastronomie corse ferment durant ce mois…

 

Retrouvez d'autres photos de A Nepita en cliquant sur :

BONUS PHOTOS !