25 mars 2012

L'Avant-Goût - Paris 13

« I’m parisian, I love rien »… Parisiens ne faites pas la moue, le treizième, ce n’est pas que la place moche d’Italie et les tours moches qui vont avec. Amis Visiteurs  le treizième, ce n’est pas que la jolie Butte aux Cailles ou l’exotique quartier chinois… Il y a aussi la rue Bobillot, elle n’est pas glamour certes, mais la seule installation de Christophe Beaufront et de Rufine, Madame Beaufront, au numéro 26 est une raison non discutable et suffisante pour faire le déplacement ! Oubliez les lieux... [Lire la suite]

24 mars 2012

Jaja - Paris 4

Jaja, quel joli nom pour un restaurant. Boris Vian chantait « Je bois, / N'importe quel jaja / Pourvu qu'il fasse ses douze degrés cinq ». Rien à voir ici, la carte des vins beaux est belle et on se repère avec des classements  peu vus « du rare, du rêve, de l’exceptionnel à déguster avec candeur », ou « de l’insolite, du bizarre, qui emprunte les chemins de traverse » ou encore « du fruit, du croquant, du gouleyant, ça glisse tout seul… ». C’est dans cette dernière catégorie que... [Lire la suite]
22 mars 2012

Gontran Cherrier - Paris 18

Mais qu'il est beau ! De qui parlons-nous ? De Gontran Cherrier ? Non , là on vous laisse seuls juges... Mais qu'il est beau le pain de Gontran Cherrier ou plutôt qu'ils sont beaux les pains de Gontran, qu'elles sont belles les viennoiseries de Monsieur Cherrier. Quelle maestria ! Quel talent ! Oui, nous manquons totalement de mesure et nous l'assumons. Cette rue Caulaincourt n'en finit pas de nous livrer des trésors gastronomiques, rappelez-vous, nous vous avons déjà invités chez « Jour de Fête » ou à « la Pizzetta... [Lire la suite]
03 mars 2012

Arcadi Café - Bruxelles

Bien entendu, il faut oublier le Café Arcadi si on est un peu coincé des mâchoires et des fesses. Ici, c’est une joyeuse pagaille sous le regard bienveillant mais attentif de Willy Bormans qui en 1989 a ouvert un petit snack de 25 m2… Le succès a fait le reste malgré un service très inégal. Désormais, c’est sur deux étages avec un esprit déco Emmaüs qui nous a fait croire que les « Arcadi » avaient ouvert cet estaminet à une époque de départ et de retour, qu’on se bouscule, qu’on se sert et qu’on attend parfois,... [Lire la suite]
01 mars 2012

Jaloa Gastronomique - Bruxelles

Ce soir, on casse la tirelire, demain on mangera des croquettes de crevettes grises. Une nouvelle étoile brille à deux pas de la place Sainte-Catherine de Bruxelles ou tente de briller avec le petit guide rouge 2012 alors on veut en avoir plein les yeux. Bienvenue chez Jaloa, Gaëtan Colin est aux commandes en cuisine, tout en douceur, pas de cris, pas d'énervement et tant mieux car les cuisines sont ouvertes sur la salle et on profite avec un plaisir coupable de voyeur à la préparation du spectacle.Ne boudons pas notre plaisir,... [Lire la suite]
21 février 2012

Les Grandes Tables du 104 - Paris 19

Les grandes tables du 104, c’est une cantine avec des hauts et des bas, des « je t’aime, moi non plus », des « j’y reviens plus mais j’y reviens ».La carte des vins de Benoit, (le frère du Chef Fabrice Biasiolo) elle, est constante et ne déçoit pas. Ce Coteaux d'Aix-en-Provence en rouge nous fait attendre le rosé des piqueniques, espoir de soleil festif. On dirait presque une liqueur de cassis, comme celle qu’on buvait chez Mémé Antonine en trempant des gaufrettes gravées d'un proverbe ou d'une petite phrase... [Lire la suite]
08 février 2012

La Timbale - Paris 18

  La Timbale, c’est notre première cantine ! On est bien à la Timbale, il fait chaud, ça sent bon, l’accueil est chaleureux, il y a toujours du monde donc un peu d’attente. Si vous arrivez tôt vous pourrez même écouter une programmation musicale pas inintéressante… Après, le joyeux brouhaha couvre la musique ! Ingrid, en salle vous parle avec une voix délicieuse de dessin animé, elle vous dit bienvenu quand vous dites merci et elle vous rappelle  avec un sourire désarmant « ici tout est maison ». C’est pour... [Lire la suite]
27 janvier 2012

Le Baratin - Paris 20

Il faut aller un peu loin dans le vingtième mais cela vaut la peine ! Accueil surprenant par un monsieur peu aimable mais un service parfait et même le sourire de la divine Chef, on préfère dire Cuisinière. Il y a beaucoup de noblesse et de chaleur dans ce mot, comme dans la cuisine du Baratin. La tête de veau réussit à fondre et à croustiller, les langues d'oursin caressent le blanc nacré des Saint-Jacques, presque érotique. Les viandes sont sublimes, les cuissons qu'on imagine longues donnent de la tendresse, on a envie de serrer... [Lire la suite]